Arrivée d’Adeline Martinez au LATTS

Adeline Martinez rejoint le LATTS en tant que chercheure post-doctorante au sein du projet UrbaRiskLab porté par Valérie November. Elle a travaillé jusqu’à présent sur l’incertitude environnementale et territoriale. Ses recherches s’ancrent au carrefour de l’anthropologie du développement, de l’anthropologie de la nature et de l’environnement et de l’anthropologie des catastrophes et des risques.

Initialement partie de l’étude généraliste des déplacements dits « forcés » de population, elle s’est ensuite intéressée aux reconstructions et réinstallations post-catastrophes à la suite d’une éruption majeure sur le volcan Merapi en Indonésie. Cette analyse a donné lieu à une thèse de doctorat en anthropologie soutenue en 2019 à l’Université d’Aix-Marseille, thèse intitulée « Une construction ‘volcanique’ de l’espace social ».

Elle a ensuite travaillé, lors un post-doctorat à l’EHESS pour la mention « Environnement en Asie », sur les réseaux formels et non-formels de veille et de surveillance du volcan Merapi, s’intéressant à la construction des savoirs – scientifiques et populaires – et au façonnement des différentes ontologies de l’environnement volcanique. Plus généralement, elle aspire à éclairer les processus sociaux de construction, de reconnaissance et de légitimation sociale des risques dits « naturels ».

Concernant son implication dans le projet UrbaRiskLab, il s’agira de synthétiser la littérature scientifique sur l’interdisciplinarité dans le domaine des risques et des crises et parallèlement, de décrire et d’analyser la mise en œuvre concrète de l’interdisciplinarité à travers des enquêtes qualitatives et comparatives.

Les commentaires sont clos.