Arrivée de Claire Simonneau au LATTS

Claire Simonneau rejoint le LATTS en tant que enseignante-chercheuse. 

Ses recherches portent sur la production et la gestion des villes des Suds, observées à travers les pratiques d’appropriation du foncier et les dispositifs de leur régulation. Au croisement de la géographie, des études urbaines et des études du développement, ses travaux s’appuient sur des études empiriques en Afrique de l’Ouest et des programmes collectifs et comparatifs internationaux. 

Ses travaux actuels, rattachés au programme Terres en Devenir, examinent les transformations foncières dans les franges urbaines des grandes agglomérations des Suds, en particulier dans le corridor urbain ouest-africain, avec des enquêtes de terrain récentes dans le sud du Bénin. Elle étudie également les mobilisations sociales pour le droit au logement et la circulation internationale des (contre-)modèles urbains.  

Avant de rejoindre le LATTS, ses recherches ont abordé les dispositifs sociotechniques avec une thèse (Université de Montréal, 2015) portant sur les dynamiques foncières de l’urbanisation au Bénin et leurs régulations par un cadastre municipal informatisé porté par l’aide au développement, le Registre foncier urbain. Ses intérêts de recherche se sont ensuite élargis aux effets de la mondialisation sur les espaces urbains et leurs contestations, notamment à travers des travaux postdoctoraux sur les Communs fonciers pour l’habitat (Université catholique de Louvain, UMR Géographie-cités). Ceux-ci ont permis d’examiner les modes alternatifs de production du logement pour les populations précaires, basés sur un principe de foncier non spéculatif et centrés sur les usages et les besoins des habitants (coopératives d’habitants, Community Land Trust, etc.). 

Les commentaires sont clos.