Arrivée d’Elodie-Céline Gibault au LATTS

Elodie-Céline Gibault est diplômée de l’Ecole supérieure de gestion, elle a par ailleurs suivi plusieurs cursus en psychologie du travail au Cnam, en Master 2 à l’université Paris Dauphine, puis à SciencePo en sociologie d’entreprise qui lui a permis d’accéder notamment au travail d’enquête sur commande d’une compagnie de transport aérien : diagnostique sociologique et conduite de changement ont été restitués et portaient sur un groupe professionnel en mouvement.
Elle travaille dans le secteur bancaire depuis plusieurs années en charge de projets digitaux. Elle a pu à cet effet constater l’émergence de nouveaux modes de contractualisation avec le recours systématisé au travail en freelance à la fois dans les structures projets également dans le management dit de transition.
Conjointement à ces évolutions semblent émerger des questionnements liés à l’individu, quant à sa place,le sens du travail, le rapport qu’il entretient,le désir de reprendre sa trajectoire, celui de garder son engagement au travail.
Sous la Direction de Jean-Michel Denis / co-Direction Cécile Guillaume (Université de Roehampton,Royaume Uni), sa thèse portera sur le travail en freelance dans le secteur bancaire et se proposera d’étudier ces acteurs suivant plusieurs axes : collectif, dans l’expérience partagée au-travers des réseaux affinitaires/plate-formes d’échanges, celui de l’acteur individuel dans l’analyse des mises en contexte biographique pour une lecture des trajectoires.
En choisissant une entrée par l’activité il s’agira de comprendre le rapport au travail que ces acteurs entretiennent,les représentations qu’ils s’en font,dans l’impermanence d’une activité indépendante « missionnée ».
Cette thèse tentera d’appréhender leur façon de construire leur positionnement,d’exister professionnellement « sans faire carrière ».Ces situations professionnelles donneront à comprendre le contexte des organisations bancaires toujours plus transformées,agiles, digitalisées, dont les écosystèmes semblent offrir une nouvelle distribution des rôles, avec pour corollaire d’autres méthodes « d’agir » au travail .

Les commentaires sont clos.