Solène David

Projet de thèse

Divers indicateurs, comme l’empreinte eau, ont été créés pour rendre compte de la vulnérabilité des ressources en eau, relativement à différents contextes socio-économiques, techniques ou environnementaux. Si le concept d’empreinte environnementale, tel qu’il est appliqué à l’eau, a été largement développé et appliqué à différents types de ressources naturelles, les concepts d’empreinte économique ou d’empreinte sociale sont à ce jour encore peu développés. En particulier, il semble qu’aucune tentative de mettre en place une empreinte sociale de l’eau, intégrant de manière directe des facteurs de nature socio-économique, culturelle ou territoriale, n’ait été faite à ce jour. Il apparaît pourtant nécessaire d’approfondir la connaissance des problématiques de soutenabilité sociale associées aux systèmes de gestion et de consommation de l’eau. L’accès aux services de l’eau peut par exemple avoir un impact sur la santé, l’intégration sociale et la vie quotidienne des usagers ou consommateurs. La connaissance de variables telles que le prix ou la qualité de l’eau représente également un problème important en termes de transparence et d’accès à l’information.

Le projet de recherche mis en place consiste à réfléchir aux bases théoriques et empiriques nécessaires à la construction d’un indicateur d’empreinte sociale de l’eau, afin de rendre compte de phénomènes sociaux associés aux usages et à la gestion de l’eau sur le territoire francilien. Il s’agit également de porter la réflexion plus en amont et de prendre en compte le contexte socio-économique d’un territoire, qui est susceptible d’influer sur ces usages de l’eau et sur leurs impacts sociaux.

Les commentaires sont clos.