Gouvernement technique des entreprises et des administrations – GTEA

Animateurs : François-Mathieu Poupeau et Stève Bernardin

L’axe GTEA s’intéresse, d’une part, au fonctionnement et aux transformations des organisations publiques ou privées, d’autre part, aux politiques publiques menées par l’État et les collectivités territoriales, dans une perspective multi-niveaux.

Pour ce faire, il privilégie une approche par les outils et dispositifs sociotechniques, en regardant leur genèse, leur mise en oeuvre et les effets qu’ils produisent sur les acteurs et collectifs d’acteurs.

Les recherches visent à éclairer les transformations contemporaines des organisations par l’études des tensions entre le mouvement de standardisation, de centralisation et de contrôle porté par l’instrumentation croissante des fonctions de gestion et les discours faisant appel à l’autonomie et à l’initiative des acteurs, des groupes professionnels, des espaces de délibération. Les travaux à mener reposent sur un triple parti-pris théorique et méthodologique : confronter aussi systématiquement que possible des recherches empiriques portant sur les entreprises et sur les administrations, dans une période où les modèles de gestion s’hybrident, soulevant des enjeux comparables d’efficacité, d’autonomie et de contrôle ; appréhender les transformations en cours à l’échelle intermédiaire des organisations, en combinant le cas échéant approches qualitatives et quantitatives, plutôt qu’à celle de l’activité des individus ; entrer par les « technologies invisibles », les outils de gestion et leurs concepteurs, les modèles et les doctrines sous-jacents et les « agents de la circulation » de ces modèles (en particulier les consultants), les fonctions spécialisées (ressources humaines, immobilier, dialogue de gestion…).

Programme du séminaire GTEA 2016-2017

Bilan 2015 de l’axe GTEA

Deux principaux chantiers collectifs ont été menés en 2015. Le premier a été la poursuite du séminaire d’axe, lancé en 2013-2014. Six séances, rassemblant une douzaine de doctorants et chercheurs, ont permis de présenter des travaux de recherches internes au laboratoire, ainsi que des séances plus thématiques auxquelles ont été conviées des intervenants extérieurs. Les thèmes abordés montrent la diversité des centres d’intérêts des chercheurs de l’axe : gouvernance économique des territoires, questions de tarification dans les services publics, problématiques de fraudes dans les services publics… Afin de ne pas surcharger l’agenda du laboratoire et de favoriser la connaissance mutuelle au sein du laboratoire, la grande majorité de ces séances a été organisée avec un autre axe.

L’autre chantier a été l’achèvement de la recherche collective lancée en 2014 pour le compte de la Caisse des dépôts et consignations. Elle a impliqué, sous des formes diverses, quatre chercheurs statutaires (David Guéranger, Gilles Jeannot, François-Mathieu Poupeau, Pascal Ughetto) et un chercheur contractuel (Sylvère Angot). Intitulée « Les grandes entreprises face au changement. Accompagner les évolutions des métiers et des fonctions dans les grandes organisations publiques : un regard sociologique », cette recherche a donné lieu à la constitution d’un groupe de travail interne à la CDC, auquel ont été présentées une série de notes produites sur EDF-ERDF, le Ministère de l’économie et des finances et La Poste. Il s’agissait à chaque fois de voir dans quelle mesure les processus de transformation décrits pour chacune de ces organisations pouvaient interroger la CDC dans ses propres changements. Quatre principales thématiques ont été identifiées afin de nourrir la réflexion collective : les métiers, les cadres intermédiaires, la gestion de la transversalité et la question de la mémoire dans les processus de changement. La recherche s’est conclue par un séminaire de restitution rassemblant une douzaine de cadres des services du siège de la CDC. A l’heure actuelle, une proposition d’étude a été formulée auprès de la pilote du projet, afin d’étudier les transformations de la CDC depuis ces vingt dernières années.

Les commentaires sont clos.