Usages, perceptions, qualité de l’eau, entre forage et mares d’hivernages autour de la Grande muraille verte

Depuis la sécheresse sahélienne de 1973,  la dégradation des conditions climatiques notamment l’irrégularité des précipitations affecte les populations du territoire de Téssékéré, dans le Ferlo sénégalais. Durant la mousson qui s’étend de juillet à octobre, la population de Widou Thiengoly s’approvisionne essentiellement à partir des réseaux de mares temporaires qui servent pour les usages domestiques et à abreuver le bétail. L’unique forage du village est ainsi délaissé pendant l’hivernage. En revanche, durant la saison sèche, qui s’étend sur le reste de l’année, l’activité autour du forage est accrue, les habitants de la région et les transhumants se retrouvent et se bousculent autour de ce point d’eau principal. Cette attractivité saisonnière a une incidence sur la gestion de la ressource. Elle entraine de nouvelles organisations autour de la gestion de l’eau, à l’échelle du forage, jusqu’au campement, avec la répartition des rôles, des usages et des pratiques. Elle génère aussi une dégradation de sa qualité ayant un impact sanitaire sur les populations.

Ce projet de recherche fait également l’objet d’une réflexion collective pluridisciplinaire autour des mares, initiée lors de l’Université d’été 2018. Les mares sont un socio-écosystème complexe dont les dynamiques dépendent notamment de la pluviométrie et de l’évolution du climat. A sec la majeure partie de l’année et ressource d’eau superficielle durant la saison humide, elles jouent un rôle important tant pour le développement de la faune et la flore que pour le développement des activités humaines (abreuver le bétail, satisfaire les besoins des populations riveraines et transhumantes…). Il s’agit de mobiliser plusieurs disciplines pour mieux comprendre cet objet complexe, ses dynamiques, ses fonctions, ses spécificités, ses usages… et l’appréhender dans une démarche d’écologie globale, en s’appuyant sur les travaux menés dans le cadre de l’OHMi.

Mots-clés
Eau, Usages, Risques sanitaires, saisons

Méthode
Plusieurs méthodes seront mobilisées pour recueillir les informations et les données nécessaires à ce projet. Elles vont de l’observation participante aux entretiens semi-directifs, menés auprès des usagers et acteurs impliqués sur le territoire. Elles s’inscrivent aussi dans une approche plus interdisciplinaire associant des réflexions et questionnements communs avec des hydrologues, géographes, écologues et médecins notamment, impliqués dans l’Observatoire Hommes-Milieux Téssékéré.
Animation d’une réflexion pluridisciplinaire autour des mares avec les collègues impliqués dans l’OHM Téssékérés.

Les commentaires sont clos.