Hortense Rouanet

Résumé de la thèse soutenue le 9 décembre 2016

« Quand les grands promoteurs immobiliers fabriquent la ville en Inde. Regards croisés sur Bangalore et Chennai. »

Les métropoles indiennes connaissent des transformations spatiales de grande envergure, marquées notamment par la multiplication d’opérations immobilières destinées aux firmes transnationales et aux classes moyennes supérieures. Notre thèse s’intéresse aux sociétés de promotion qui initient et coordonnent ce type d’opérations. En étudiant deux régions urbaines du sud de l’Inde (Bangalore et Chennai), nous cherchons à comprendre par quels processus certaines de ces entreprises renforcent leur place dans la fabrication matérielle, symbolique et politique des espaces urbains.

Nous soulignons tout d’abord combien le rôle de l’Etat central est déterminant en raison de ses politiques de financement du logement (essor du crédit aux ménages), de la libéralisation graduelle du foncier, puis de l’ouverture du secteur de la construction aux capitaux provenant des marchés financiers. La thèse montre ensuite comment, au milieu des années 2000, l’explosion des investissements, notamment étrangers, a alors profité à un nombre limité de promoteurs immobiliers. Ces derniers ont tiré parti de ce contexte d’abondance de capitaux. Armés de ressources cognitives, sociales et politiques qui leur permettent de naviguer dans « l’urbanisme informel » indien, ils ont pris en charge des risques que refusaient les gestionnaires d’actifs, encore peu familiers des acteurs locaux, de leurs pratiques et des géographies des marchés immobiliers. Si le recours aux marchés financiers a engendré des transformations organisationnelles et précipité un processus de professionnalisation, leur rôle clé dans l’ancrage des investissements a assuré à ces sociétés de promotion une relative autonomie. D’une part, fortes des capitaux obtenus, elles ont accéléré leur croissance en industrialisant leurs opérations et en étendant leurs marchés aux villes sud-indiennes. D’autre part, ces grands promoteurs ont pu élaborer et diffuser des modèles portant tant sur des formes souhaitées d’urbanisation que sur les politiques nationales et locales en matière de développement urbain.

Activités d'enseignement

  • 2010-2013 – TD Approches géographiques, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Licence 1 Géographie.
  • 2012-2013 – TD Géographie économique, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Licence 3 Géographie.

Publications et communications

  • 2010 : Industrie informatique et mutations urbaines à Bangalore, Karnataka (Inde), mémoire de master 1, Université Paris 1, Master géographie des pays émergents et en développement.
  • 2011 : Fabriquer la world city : Bangalore et ses promoteurs, mémoire de master 2, Université Paris 1, Master géographie des pays émergents et en développement.
  • février 2012 : Financialization of urban spaces in an emerging city context : is finance sweeping out the real estate industry ? The cases of Bangalore and Chennai, India, American Association of Geography (AAG) Annual Meeting, New-York.
  • mars 2012: Financial Capital and Real Estate in South India: How Does the Evaluation of Risk and Yield Impacts the Built Environment ?, 14th Young Researchers Workshops of AJEI, Indian Institute of Technology (TTI-B), Mumbai.

Les commentaires sont clos.