Juliette Pinard

Projet de thèse

Thèse sous la Direction d’Olivier Coutard et Elsa Vivant

Des pratiques alternatives aux pratiques immobilières, l’occupation temporaire des espaces vacants au service des acteurs de l’immobilier

La thèse s’intéresse à la diffusion d’une pratique alternative, celle de l’occupation temporaire d’espaces vacants par des activités culturelles et artistiques, au sein des pratiques immobilières. En effet, la période actuelle est marquée par la multiplication des usages temporaires de l’espace menés dans une logique d’urbanisme transitoire, révélant l’émergence de nouvelles manières de produire la ville.

Or, l’investissement temporaire d’espaces en friche, notamment par des activités culturelles, repose en réalité sur des pratiques anciennes qui tendent aujourd’hui à devenir un nouveau levier d’action pour les acteurs de l’immobilier. Dans cette lignée, SNCF Immobilier, nouvelle branche du Groupe Public Ferroviaire, a initié une vaste démarche d’ouverture de ses sites à travers l’accueil temporaire d’opérateurs culturels durant le temps de l’avant-projet urbain. Le développement de cette nouvelle stratégie immobilière, basée sur l’urbanisme transitoire, reflète la volonté d’intégrer le temporaire comme levier de mise en valeur de son patrimoine et outil d’expérimentation sur son foncier.

Or, on peut supposer que la diffusion récente de ces pratiques au sein de la sphère immobilière a conduit à un changement dans la nature de ces occupations, des opérateurs et des modes opératoires, participant à l’évolution globale des pratiques liées à l’occupation temporaire des friches. Ainsi, l’émergence et la structuration de nouveaux professionnels de l’occupation temporaire s’accompagnent d’une évolution des usages et des montages opérationnels, en lien avec l’émergence de nouveaux modèles économiques. L’évolution des logiques urbanistiques et des ambitions associées à ces projets temporaires questionne finalement l’intérêt grandissant des acteurs de l’immobilier pour ces pratiques. En effet, cet engouement pose la question de l’évaluation des retombées matérielles et immatérielles générées par l’occupation temporaire des espaces vacants et pouvant motiver leur développement. L’enjeu de cette recherche sera donc de saisir la ou les valeur(s) associée(s) à ces projets, tant sur un plan urbanistique, social, économique, symbolique ou patrimonial.

Mots-clés : Occupation temporaire, Urbanisme transitoire, Friches culturelles, Immobilier, SNCF

 

Publications

Articles publiés dans des revues sans comité de lecture 

Pinard, J. & Vivant, E. (2017). La mise en évènement de l’occupation temporaire : quand les lieux artistiques off inspirent les opérateurs in de la production urbaine. L’Observatoire, 50,(2), 29-32. https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2017-2-page-29.htm

Pinard, J. (2016). Patrimoine et identité territoriale face à la modernité: L’exemple de la région du Shekhawati. Population & Avenir, 729,(20), 14-16. https://doi.org/10.3917/popav.729.0014

 

Colloques et conférences à comité de sélection

Pinard, J. (2017) Between Urban Justice and Social Exclusion : The Cultural Temporary Use of Space in Question. Presentation during the International Conference : RC21 Rethinking Urban Justice. Septembre 11 – 13, 2017, Leeds, UK

Pinard, J. (2017). L’occupation temporaire et culturelle des espaces vacants, nouvel outil de gestion du foncier ? #6 Atelier du Foncier du RJCF : Le grand évènement, un défi urbain et foncier. 9 juin 2017, Ecole d’Urbanisme de Paris.

Pinard, J. (2017). Du squat artistique au nouvel objet immobilier : trajectoire de mutation de l’occupation temporaire comme pratique alternative. Journée des jeunes chercheurs de l’Institut de Géographie de Paris (JIG), Géographie de l’alternatif, géographies alternatives ? Le 6 avril 2017, Institut de Géographie de Paris

Pinard, J. (2016). Protecting Shanghai Heritage Through Creative and Cultural Cluster Strategy : Towards Metropolization, Urban Renewal and Identity. Presentation during the International Conference : Inheriting the City: Advancing Understandings of Urban Heritage.  March 31 – April 4, 2016, Taipei, Taiwan

Pinard, J. (2015). Entre destruction et patrimonialisation d’un patrimoine emblématique ; l’enjeu de la transmission mémorielle dans le maintien de l’unité territoriale et de l’identité collective dans la région du Shekhawati en Inde. Journée de tables rondes et débats organisée par Patrimoine sans frontières : Patrimoine et transmission mémorielle. 21 novembre 2015, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette.

 

Communications lors de tables rondes et séminaires

Intervention à l’occasion du Forum-camping : De l’espace public à l’espace commun. 14 et 15 juin 2017, aux Grands Voisins, Paris.

Intervention dans le cadre du séminaire « Babel-Babylone », du master Métropoles de l’École d’Architecture de la Ville & des Territoires à Marne-la-Vallée, le 12 mai 2017, Champs-sur-Marne.

L’occupation temporaire pour des besoins permanents ? Table ronde animée par les étudiants de l’Ecoles d’Urbanisme de Paris. 17 mars 2017, le Shakirail, Paris.

PhD Project

From alternative pratices to real estate practices : cultural and temporary use of vacant spaces at the service of the real estate actors

This thesis focuses on the spread of the alternative practice of cultural wasteland and temporary use in real estate practices. Indeed, the current period is characterized by the multiplication of temporary projects with transitional urbanism principles, revealing new ways of producing the city.

These practices, traditionally « alternative » or bottom-up, have been institutionalized by public authorities and nowadays tend to become a new model of action for real estate actors. Thus, SNCF Immobilier, a new branch of national railway company, launched a wide action to value its wasteland through the temporary occupation of cultural operators during the pre-urban project period. The development of this new real estate strategy, based on temporary urbanism, reflects the desire to integrate temporary use as a leverage to enhance its property and to experiment.

However, it can be assumed that the recent diffusion of these practices within real estate sphere has led to a change in the nature of these occupations, operators and operating modes, participating in the overall evolution of practices related to the temporary occupation of wasteland.

Thus, the development of new professionals of temporary projects is accompanied by an evolution of uses and operational arrangements, linked with the emergence of new economic models.The evolution of the ambitions associated with these temporary projects finally questions the growing interest of thereal estate actors for these practices. Indeed, this enthusiasm raises the issue of the evaluation of the material and immaterial benefits generated by the temporary use of these sites which can motivate their development. The aim of this research will therefore to capture the value(s) associated with these projects, both on an urban, social, economic, symbolic or patrimonial level.

Key words : Temporary Use, Temporary planning, Cultural brownfield, Real estate, SNCF

Les commentaires sont clos.