Lise Desvallées

Recherche doctorale: Problématisation, politisation et mesures de résorption des vulnérabilités énergétiques : Entre droit à l’énergie et contrôle des pratiques des pauvres à Porto et à Barcelone

Problématisation, politisation et mesures de résorption des vulnérabilités énergétiques : Entre droit à l’énergie et contrôle des pratiques des pauvres à Porto et à Barcelone sous la direction d’Olivier Coutad, et le co-encadrement de Jonathan Rutherford.

Résumé 50 millions d’Européens rencontrent des difficultés financières pour se chauffer, cuisiner ou éclairer leur logement. Les ménages qui se privent de ces services faute de revenus suffisants, qui consacrent une part importante de leurs budgets à ce poste de dépense, sont en situation de vulnérabilité énergétique. La législation européenne requiert des États membres qu’ils établissent des politiques de mesure et de résorption du problème. Cet objectif est complexe parce que la vulnérabilité énergétique est au croisement d’un ensemble de facteurs saisis par des politiques sectorielles distinctes : le prix de l’énergie, l’efficacité énergétique des logements, les aides sociales.

Cette thèse pose la question des conditions d’émergence du problème des vulnérabilités énergétiques dans les agendas publics nationaux et locaux en mobilisant une approche d’Urban political ecology. L’enquête comparative est menée dans deux villes (Porto et Barcelone) où l’enjeu est important et traité de manières distinctes. Notre analyse propose d’étudier les facteurs qui se combinent pour créer des situations de vulnérabilité, et les faire émerger comme un problème public. Elle s’intéresse à la fois aux législations, aux innovations locales et au traitement médiatique du problème. Nous confrontons ces formes d’action collective avec une étude des conditions concrètes de vulnérabilité énergétique vécues par des ménages précaires accompagnés par l’assistance sociale et par des associations caritatives.

Le principal résultat de la thèse est que les situations de vulnérabilités énergétiques sont politisées, ce qui implique à la fois de nouveaux acteurs et des acteurs traditionnels de la gouvernance de l’énergie et se traduit par deux types de réponses. Nous montrons aussi comment la militance de collectifs associatifs fait émerger un droit à l’énergie, qui n’est pas inscrit dans la législation nationale et qui, sous la pression de nouveaux mouvements sociaux, devient un impératif pour les collectivités locales. Nous montrons enfin la diffusion d’un modèle d’interventions auprès de ménages qui vise à réduire les consommations pour diminuer le montant des factures et limiter le nombre d’impayés d’énergie. Ce modèle expérimental et peu onéreux rencontre les intérêts d’organisations issues de la société civile, de collectivités locales, de fournisseurs d’énergie même s’il représente pour les ménages vulnérables une prolongation de leurs efforts de réduction de leurs factures d’énergie.

Mots-clés: vulnérabilités énergétiques, pauvreté énergétique, Urban political ecology, transition énergétique urbaine, Espagne, Portugal

Bibliographie

Lise Desvallées, géographe, membre du Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (Université Paris Est, École des Ponts ParisTech, CNRS). S’intéressant aux processus de politisation des vulnérabilités énergétiques en Europe, elle a enquêté auprès de nombreux acteurs au sein de mondes sociaux très différents : assistants sociaux, cadres des collectivités locales, ménages précaires, énergéticiens, et agences gouvernementales, etc. Elle est l’auteure, en juillet 2019, d’une thèse intitulée « Problématisation, politisation et mesures de résorption des vulnérabilités énergétiques : Entre droit à l’énergie et contrôle des pratiques des pauvres à Porto et à Barcelone  ».

Cette recherche s’appuie sur près de 80 entretiens, ainsi que sur l’étude de deux terrains contrastés à Porto et Barcelone. Des analyses documentaires (coupures de presse, analyses statistiques, littérature produite par la société civile), ainsi que deux enquêtes qualitatives sur trois cent ménages (entretiens directifs) ont été conduites entre 2015 et 2016. Ce travail de recherche a été mené sous la direction scientifique d’Olivier Coutard, DR CNRS, LATTS et le co-encadrement de Jonathan Rutherford, Chargé de recherche, École des Ponts Paris Tech.

Actuellement ATER à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, elle enseigne la géographie dans le cadre de la licence universitaire de l’UFR SHS après avoir effectué un monitorat de trois années dans le cadre de a licence universitaire de géographie de l’Université Paris Est de 2014 à 2017.

Publications

Desvallées, L., 2016, “Mais il ne fait pas froid au Portugal !”: comment une forme de pauvreté politiquement invisible affecte les ménages de Porto, Instituto de Sociologia Working Papers, 3e série, n°10.

Desvallées, L., 2014, Quand les réseaux de pro et d’anti-REDD construisent un outil de gouvernementalité environnementale : in X. Arnauld de Sartre, M. Castro-Larrañaga, S. Dufour, J. Oszwald (dir.), Political ecology des services écosystémiques, Bern, P.I.E. Peter Lang, p. Sous presse.

Desvallées L., 2014, La notion de services écosystémiques et ses applications. Examen critique et interdisciplinaire, compte-rendu de l’École thématique de Saint-Martin-de-Londres les 10-14 juin 2013. Nature, sciences, sociétés, 22, 142-149.

Communications

Desvallées, L., 2016, “Cold as a private matter: an urban political ecology of domestic energy deprivation in Porto”, In RGS-IBG conference, session “Beyond the triad, exploring the drivers of domestic energy deprivation” Londres, 29 Août-3 Septembre 2016.

Desvallées, L., 2016, “An urban political ecology approach of domestic energy deprivation situations in Portugal and Catalonia” In Pan-European early career research symposium on energy poverty, Manchester, 20 Septembre 2016.

Desvallées, L., 2016, “Energy poverty “coming out”: exploring the social consequences of Spanish and Portuguese energy transition policies, In International Conference of the European Network of Political Ecology (ENTITLE). Stockholm, 20-24 Mars 2016.

Desvallées, L. 2014. “NGOs networked responses to a global forest protection scheme (Reduction of emissions from deforestation and forest degradation, REDD+)”, In Annual Conference of the association of American geographers, session « Networks of environmental governance », organisée par Deborah Cheng. Tampa.

Actions de diffusion de la recherche

Le 9 novembre 2018, présentation à la formation « Energies d’aujourd’hui et de demain offre de formation 2018-2019 de la maison pour la science en aquitaine – 1 ère session » sur les sujet « les collectivités locales dans la transition énergétique.

Desvallées, L., 2018, Espagne, haute tension sur les factures électriques, entretien paru 28 Avril 2018 sur la chaîne Arte dans le magazine d’information Vox Populi. Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/078527-001-A/vox-pop/

Desvallées, L., 2016, Estudi estadístic sobre la pobreza energetica i l’aigua a Barcelona, Présentation en partenariat avec l’association Habitat3 lors du Congrès Catalan sur la pauvreté énergétique tenu à Sabadell du 4 au 6 Novembre.

Desvallées, L., 2016, Saúde, eficiência e direito à energía : pistas para uma mobilização. Monde Diplomatique, Édition portugaise.

Desvallées L., Tabarly S., 2010, Quelles équités pour l’approvisionnement en eau des populations au Maroc ? L’exemple des fontaines à Marrakech, Géoconfluences. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/breves/2011-2/1.html

Les commentaires sont clos.