Le couple anticipation/décision aux prises avec l’exceptionnel, l’imprévu et l’incertitude

Valérie November et Alice Azémar ont contribué à l’article :

Valérie November, Alice Azémar, Sophie Lecacheux et Thierry Winter
Le couple anticipation/décision aux prises avec l’exceptionnel, l’imprévu et l’incertitude.
EchoGéo, n°51
https://doi.org/10.4000/echogeo.18949

 

 

Photo : Habitation détruite par l’échouage d’un bâteau au passage d’IRma à Cul-de-Sac (Saint-Martin), Source : BRGM

L’anticipation et la prise de décision en situation de crise font l’objet de nombreuses études qui mettent en avant la polysémie de ces notions ainsi que les difficultés régulièrement rencontrés lors de leur mise en œuvre (contexte d’incertitude, format et circulation de l’information, perceptions différentes de la situation entre les acteurs et les échelles géographiques, etc.). À travers deux études de cas situées pendant la crise Irma-José-Maria, l’une observée en CIC, au niveau interministériel, et l’autre vécue par un opérateur de l’État, au niveau territorial, cet article illustre ces obstacles et souligne la fragmentation du couple anticipation/décision dans la pratique des différents niveaux ORSEC. Il apparaît en effet que l’absence d’une vision partagée au sein et entre les cellules de crise sur la nature, l’horizon temporel et le cadre méthodologique de la fonction anticipation ont été autant d’entraves à sa mise en œuvre effective pendant la séquence cyclonique. Cette situation trouve notamment son origine dans la co-existence de cultures ministérielles différentes de l’anticipation. Le temps apparaissant comme un élément structurant et critique d’une démarche anticipative adaptative et partagée, les auteurs plaident pour une compréhension du couple anticipation/prise de décision en termes de continuum, assumant la pluralité des cultures et intégrant l’ensemble des temporalités.

Les commentaires sont clos.