David Guéranger

Biographie

 

David Guéranger est sociologue. Ingénieur, titulaire d’un DEA et d’un doctorat de Science Politique, il est chercheur au LATTS depuis 2003, où il anime les activités de l’axe GOT depuis 2019. Il est également chercheur associé au CERAPS (UMR 8026) depuis 2010.

Il s’intéresse depuis plusieurs années aux réformes de décentralisation et aux institutions locales en France, au prisme notamment du phénomène intercommunal. Ses travaux actuels portent sur les transformations numériques des administrations locales, sur la division du travail entre dirigeants territoriaux, plus récemment sur la professionnalisation des élus locaux (ANR ELUAR).

 

Quelques interventions et publications récentes :

« Tristes campagnes municipales », La Vie des Idées, 10 mars 2020.

« Le « blues des maires » : la faute de l’interco ? », Entretien, Revue Projet, 2 mars 2020.

« Le blues des maires est le fruit d’une campagne de communication de l’AMF », Entretien, La Gazette des communes, 2 mars 2020.

Ouvrages

 

Diriger l’intercommunalité. Enquête sur des atypiques et leurs communautés, Paris, Berger-Levrault, 2016.

4ème de couverture : Dans le monde des collectivités locales, on connaît bien souvent celui ou celle qui préside l’exécutif. Mais ceux qui pilotent l’institution à leurs côtés sont beaucoup moins connus. Cet ouvrage est le fruit d’une enquête sociologique menée sur ceux qui dirigent les institutions intercommunales. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs trajectoires ? Comment exercent-ils leur métier ? Comment intègrent-ils les changements administratifs provoqués par d’incessantes réformes ? Comment font-ils pour travailler avec un exécutif composite, qui est aussi un collectif de maires ? Voici quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage tente d’apporter des réponses. Ce faisant, il lève une énigme très vite apparue lors de l’enquête : pourquoi donc ces dirigeants se déclarent-ils, spontanément et sans exception, comme des atypiques ?

Recension :

Marie-Ange Grégory, « David Guéranger, Diriger l’intercommunalité. Enquête sur des atypiques et leurs communautés », Métropoles [En ligne], 21 | 2017.

(avec Fabien Desage) La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2011.

4ème de couverture : L’intercommunalité a connu un développement accéléré depuis quelques années. À tel point que les communau- tés (de communes, d’agglomération ou urbaines) couvrent aujourd’hui la quasi-totalité du territoire national et concernent plus de 90 % de la population française. Si les traces de leur action jalonnent la vie quotidienne locale – le bus qui arbore l’acronyme du syndicat de transports en commun, la ligne de contribution aux services d’assainissement ou de ramassage des ordures ménagères qui barre la feuille des impôts locaux, le bâtiment du siège des services administratifs, parfois baptisé « hôtel de communauté » –, elles demeurent des objets politiques méconnus de la majorité des citoyens.
Ce décalage entre des institutions sans cesse plus nombreuses, plus importantes, et leur faible appropriation démocratique, fonde l’hypothèse centrale de cet ouvrage : celle d’un objet politique doublement confisqué. Confisquée, l’intercommunalité l’est d’abord en raison de son fonctionnement politique singulier, marqué par des « consensus » inter-partisans établis à l’abri des regards des citoyens et des élus municipaux. Confisquée, l’intercommunalité l’est ensuite au nom de sa technicité présumée, un argument qui puise dans les discours des acteurs politiques eux-mêmes et que valident ses « experts » patentés. Elle se trouve ainsi érigée en objet à part, domaine réservé de quelques-uns.
Le présent ouvrage prend le contre-pied de ces conceptions dépolitisantes de l’intercommunalité. D’abord, en montrant les mécanismes qui la soustraient à tout espace public de délibération. Ensuite, en insistant sur les nombreuses conséquences politiques et sociales pour les territoires concernés des choix et des non-choix intercommunaux. Lever le voile sur les institutions intercommunales fournit ainsi un mobile et des outils pour les investir politiquement.

Recensions :

Guillaume Gourgues, « La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales by Fabien Desage, David Guéranger », Revue française de science politique, Vol. 62, No. 2 (Avril 2012), pp. 326-328.

Pierre Yacger, « Fabien Desage, David Guéranger, La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 mai 2011.

Reigner H. (2011), « Lecture critique de Fabien Desage, David Guéranger, La politique confisquée. Sociologie des réformes et des institutions intercommunales », Métropoles [en ligne], no 9.

L’intercommunalité en questions, Paris, La Documentation Française, 2009.

4ème de couverture : L’intercommunalité, entendue comme un regroupement de communes au sein d’un établissement public, concerne aujourd’hui plus de 80 % du territoire. L’intercommunalité n’échappe toutefois pas aux critiques,. Parmi les interrogations récurrentes, celles du « territoire pertinent », du « déficit démocratique », du « coût » ou de « l’efficacité » de l’intercommunalité. Éclairant un débat parfois très technique, ce dossier retrace l’historique de l’intercommunalité, en présente les principales critiques avec un bilan contrasté, puis expose les axes de réformes envisageables.

Activités d'enseignement

 

Maître de conférence de l’Ecole des Ponts depuis 2006, David Guéranger participe aux formations du département de Sciences Humaines et Sociales. Il est responsable du cours « Technique et démocratie » en formation initiale (1ère et 2ème années) et du cours « Sociologie Politique en Ville » du master spécialisé PAPDD (Politiques et Actions Publiques pour le Développement Durable).

Publications

Les commentaires sont clos.