Un prix de thèse des collectivités territoriales pour Juliette Pinard

Directeurs de thèse :Elsa Vivant et Olivier Coutard

Dans le contexte d’un engouement récent pour la notion d’urbanisme transitoire, cette thèse s’intéresse à l’appropriation des démarches d’occupation temporaire de l’espace par les professionnels de l’urbanisme et de l’immobilier. Hérités de pratiques anciennes, les projets d’occupation temporaire se multiplient à l’échelle du Grand Paris au sein d’emprises et de bâtiments vacants destinés à accueillir prochainement un projet urbain. Objet «chaud» et mouvant, l’urbanisme transitoire est investi d’une pluralité de valeurs et d’enjeux par les acteurs impliqués dans ces démarches: propriétaires, collectivités, aménageurs, promoteurs et nouveaux professionnels de l’occupation temporaire.

Le terrain principal de la thèse porte sur la démarche d’urbanisme transitoire développée dès sa création en 2015 par SNCF Immobilier, structure en charge de la gestion et de la valorisation du vaste patrimoine foncier et immobilier de la SNCF. D’une démarche à l’origine expérimentale, l’urbanisme transitoire est devenu une nouvelle activité d’entreprise, porteuse d’enjeux stratégiques et opérationnels en amont des projets urbains. Au travers d’une immersion ethnographique au sein de SNCF Immobilier et d’une étude empirique de la mise en œuvre de ces projets temporaires, cette thèse vise à investiguer l’utilisation faite par l’entreprise de ces démarches, les difficultés nouvelles qu’elles soulèvent et les valeurs et enjeux que les salariés associent à ces projets. Source de changements au sein de SNCF Immobilier, le développement de l’urbanisme transitoire permet d’illustrer plus largement la transformation en cours des pratiques professionnelles, des modes d’action et des représentations au sein de l’organisation. Les réflexions de l’opérateur sont influencées par son intégration progressive dans une nouvelle communauté de pratique en faveur de l’urbanisme transitoire, concomitante d’un renouvellement de ses méthodes et de ses réflexions quant à la production de la ville sur le temps long.

Cette recherche mobilise l’urbanisme transitoire comme un outil d’analyse permettant de mettre en perspective l’évolution des modalités de fabrique de la ville, la mutation des espaces urbains et la transformation des acteurs de l’urbanisme et de l’immobilier.

Mots clefs : urbanisme transitoire, occupation temporaire, projet urbain, SNCF, ethnographie

Soutenance de thèse le mercredi 26 mai 2021
Lien de streaming pour assister à la soutenance en direct : https://youtu.be/-MLRozYhHr8

Membres du jury :
Lauren Andres – associate professor, The Bartlett School of Planning UCL (Rapporteur)
Olivier Coutard – directeur de recherche, CNRS (Directeur de thèse)
Laurent Devisme – professeur, ENSA Nantes (Rapporteur)
Maria Gravari-Barbas – professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Benoît Quignon – directeur général des services de la Ville de Marseille (Membre invité)
Elsa Vivant – maîtresse de conférences, Université Gustave Eiffel (Directrice de thèse)

Année d’inscription en thèse : 2016

Ecole doctorale : Ville, Transports, Territoires

Les commentaires sont clos.