La ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen-Âge

La librairie Le Genre urbain organise mercredi 14 mars 2018 à 20 heures une rencontre-débat autour du livre La Ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen Age, publié aux éditions de la Sorbonne.

Voir la « minute urbaine » que lui consacre le libraire : https://www.youtube.com/watch?v=WWvl7hRuCPU&feature=share

Ce livre intègre une contribution de Martine Drozdz sur les mobilisations sociales dans les projets de régénération urbaine à Londres.

Edité par Isabelle Backouche, Nicolas Lyon-Caen, Nathalie Montel, Valérie Theis, Loïc Vadelorge, Charlotte Vorms
La ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen-Âge
Editions de la Sorbonne / Histoire contemporaine, 2018, 368 p.

Si l’urbanisme, comme discipline, s’est constitué au xxe siècle, les mouvements sociaux qui remettent en cause l’aménagement urbain ont une histoire beaucoup plus longue. Ce livre s’attache aux multiples formes de mobilisations collectives qui, depuis le Moyen Âge, ont pris la ville ou, à une autre échelle, la région et   le quartier, comme objet. Des Pays-Bas médiévaux à l’actuelle cité phocéenne, ce livre cerne les relations sociales qui s’élaborent lorsque des groupes voient leur espace matériel se modifier, qu’ils s’opposent aux changements ou s’engagent en faveur de transformations alternatives. En prêtant attention à la variété   des cadres d’expérience des protagonistes et à celle de leurs répertoires d’action, de la consultation à la prise d’armes, ce livre cherche aussi à historiciser les résistances aux gestes de modernisation des pouvoirs publics. Ce faisant, il éclaire la question de la participation, versant institutionnalisé de l’implication des populations dans l’aménagement urbain. Il s’efforce d’en restituer les contextes concrets et leurs évolutions suivant trois grandes interrogations : qu’est-ce qu’un processus de politisation ? Comment s’articulent les différents intérêts en jeu, individuels et collectifs ? Comment faire une histoire sociale des grands travaux ?

Les commentaires sont clos.