Aude Danieli : La « mise en société » du compteur communicant Innovations, controverses et usages dans les mondes sociaux du compteur d’électricité Linky en France

Directeur de la thèse : Olivier Coutard

Si le numérique transforme le secteur de l’énergie, l’ampleur et les formes prises par cette évolution restent à étudier. La conception du compteur communicant Linky a été accompagnée dès 2005 de nombreuses tentatives de redéfinition des conduites individuelles, prônant l’avènement d’un « consommateur intelligent » (smart consumer), qui repose à la fois sur une logique d’ouverture des marchés de l’énergie et sur un principe d’économie et de transition énergétique. Or, l’installation de cette nouvelle technologie, déjà installée dans de nombreux autres pays depuis le début des années 2000, fait débat, et ce, depuis son lancement expérimental en 2010.
Contre une rationalité sans lieu et sans histoire du compteur Linky, cette thèse en sociologie de l’innovation propose d’analyser les formes de politisation et les modalités d’appropriation que suscitent la conception, la réception et le fonctionnement de cette nouvelle technologie. Cette étude met en évidence que les qualifications du compteur Linky dépassent les espaces de conception : le sens et les appropriations se construisent au sein des mondes sociaux parties prenantes du compteur Linky. À chacune des étapes d’innovation dans les mondes sociaux étudiés du compteur Linky, de nouvelles controverses apparaissent, s’articulant autour de débats en apparence très éloignés les uns des autres. Le compteur Linky, en tant qu’infrastructure de numérisation du monde de l’énergie, agit ainsi comme un révélateur de nouvelles interrogations, à l’aune de débats contemporains sur la consommation, la santé, et le numérique, tels que négociés par plusieurs « entrepreneurs de cause », qu’ils soient professionnels ou non (défenseurs de la protection des données personnelles, collectifs électrohypersensibles, promoteurs de la transition énergétique, militants de l’ouverture des données personnelles, personnels de terrain). Omniprésente, les figures de l’usager et du citoyen n’ont de cesse d’être invoquées au sein de ces régimes de dénonciations : usager acteur de ses consommations, précaires énergétiques, victimes sanitaires, personnes dont la vie privée est atteinte, etc.
Braquer le projecteur sur la nouveauté du compteur Linky ou les controverses médiatiques qu’il suscite masque en partie l’ensemble des régulations à l’œuvre opérées par les mondes sociaux du compteur Linky : la thèse montre que les dynamiques de controverses sont liées à des spécificités locales (histoire sociopolitique des territoires ; réseaux associatifs et politiques ; caractéristiques des parcs de compteurs analogiques). L’étude de la relation de service des professionnels de terrain/clients montre également le poids des régulations de proximité : après une intense phase de résolution de litiges, les professionnels vont resserrer le sens et les usages de l’infrastructure dans le cadre d’une relation de service pacifiée autour de la figure d’un client honnête tenu à distance de son infrastructure de comptage. Le compteur Linky — ce qu’il devrait être, ce qu’il devient finalement — donne à voir une pluralité de modèles de société (société sobre en économies d’énergie, société « connectée », etc.). C’est à l’analyse de ce processus, de cette « mise en société », présidant la transformation et l’adaptation du compteur Linky, que cette thèse est consacrée.
Cette recherche, en partenariat avec le Groupe de Recherche Énergie Technologie et Société (EDF Lab), s’appuie sur près de 135 entretiens et des observations ethnographiques (en Île-de-France, dans le sud-ouest, en Indre-et-Loire et dans la métropole lyonnaise), menés avec l’ensemble des parties prenantes, de la conception et de la diffusion, sur l’étude de deux terrains contrastés d’expérimentation du compteur Linky, ainsi que d’analyses de contenus médiatiques et d’archives historiques des entreprises de l’énergie.

 

Sommaire

Introduction

Chapitre 1 — Des contrats à forfait au compteur électronique (1880-2004)

1. Des contrats à forfait à la multiplicité des compteurs des compagnies privées (1880-1946)
2. Le tournant de l’unification des réseaux (1946) et d’un comptage unique :
le compteur bleu électromécanique (1963)
3. Crise économique et opportunités de l’électronique : du compteur à prépaiement au compteur électronique (1985-2004)

Chapitre 2 — En haut, les professionnels des projets techniques et commerciaux du compteur communicant

1. Une brève histoire politique de la mise en place du projet du compteur communicant
2. La politique des données, entre efficacité écologique et tarification
3. Diversité des modèles d’appropriation et de distanciation du compteur

Chapitre 3 — Sur le côté, les déçus et les réfractaires du compteur Linky

1. Engagements multiples, cause unique : un travail d’intégration des enjeux citoyens pour la requalification du compteur linky
2. La médiatisation du compteur communicant
3. Prédispositions aux engagements et variable locale
4. Expertises et mobilisations locales à l’encontre du compteur Linky

Chapitre 4 — En face, les professionnels de terrain

1. La localisation des compteurs traditionnels vue comme un probleme de production
2. L’entrée des services de proximité dans le projet du compteur Linky
3. Une technologie à l’épreuve du travail : mettre à distance le client au nom
de la relation de service

Chapitre 5 — Tout en bas, les foyers

1. Les usages et non-usages du compteur d’électricité
2. L’arrivée du compteur Linky : des reconfigurations de la relation de service
3. Les régimes de dénonciation autour du compteur Linky
4. S’informer par les lanceurs d’alertes, mobiliser à son tour ses réseaux sociaux et sa ville

Conclusion

 

Soutenance de la thèse le vendredi 30 novembre 2018

Composition du jury 
Sandrine Barrey, Maîtresse de conférences, Université Toulouse Jean-Jaurès (Examinatrice)
Cécile Caron, Ingénieure-chercheuse en sociologie, Groupe de recherche Énergie, Technologie et Société, EDF Lab (Membre invitée)
Olivier Coutard, Directeur de recherche, CNRS (LATTS) (Directeur de thèse)
Éric Dagiral, Maître de conférences, Université Paris Descartes (Examinateur)
Gérald Gaglio, Professeur des universités, Université de Nice Sophia Antipolis (Rapporteur du jury)
Benoit Lelong, Professeur des universités, Université Paris 8 (Examinateur)
Thomas Reverdy, Maître de conférences, INP Grenoble (Rapporteur du jury).

 

Ecole doctorale : OMI – Organisation, Marché, Innovation
Inscription en thèse : 2013

Audition publique le 14 décembre 2017 sur les enjeux sociétaux et économiques des compteurs communicants à l’Assemblée nationale. En savoir plus

 

Les commentaires sont clos.