Du rebut à la ressource. Valorisation des déchets dans les villes du Sud

Sous la direction scientifique de Sylvy Jaglin, Lise Debout, Irène Salenson
Du rebut à la ressource. Valorisation des déchets dans les villes du Sud.
AFD, 2018, 300 p.

La quantité de déchets produits dans le monde explose : celle-ci devrait augmenter de 69 % entre 2012 et 2025, selon une étude publiée par la Banque mondiale. Cette progression, liée à la croissance démographique et urbaine, est plus forte dans les pays du Sud. Or, les municipalités de ces pays manquent souvent de moyens. Dans les années 1990, des réformes ont tenté d’améliorer la gestion des déchets en expérimentant la délégation de service public et en modernisant les équipements. Leur succès mitigé ainsi que la conscience d’une dégradation de l’environnement et du climat ont conduit dans les années 2010 à de nouvelles orientations. L’heure est aujourd’hui à la promotion de l’économie circulaire (cf. Objectif de développement durable n° 12). Dans ce cercle vertueux, les déchets ne sont plus des rebuts mais des ressources, qui pourraient devenir lucratives. Comment la valorisation recompose-t-elle les jeux d’acteurs ? À qui profitent les bénéfices ? Quelle concurrence entre récupérateurs artisanaux et recycleurs industriels ? Quels outils et principes pour la régulation des activités de valorisation ?
De Buenos Aires à Lomé, en passant par Port-au-Prince et Casablanca, l’ouvrage interroge les recompositions du secteur des déchets et l’articulation entre gestion d’un service public et marchandisation de la valorisation. Cette tension est envisagée selon quatre perspectives : (i) la confrontation entre logiques sociales et rentabilité économique ; (ii) l’insertion spatiale des activités de recyclage dans les espaces urbains ; (iii) la contribution des revenus de valorisation au financement du service public ; (iv) la promesse environnementale d’un recyclage infini des objets et des matières.

 

Texte en ligne

Les commentaires sont clos.