FIP EXPLO – Exploration des Formes d’Innovation Publique : modèles en émergence et conditions de déploiement (Programme « Sociétés innovantes »

En collaboration avec Nadia Arab (Collab. Lab’Urba) et Jean-Marc Weller (Resp Lisis)

Cette opération de recherche s’intéresse à des innovations visant à transformer l’administration dans des formes qui se veulent inédites, apparemment alternatives aux réformes managériales menées jusqu’alors, et dont la caractéristique est de se réclamer des méthodes du design. Les formes concrètes que prennent ces actions paraissent multiples : forums de discussion, conception de média de communication (blog, film documentaire, exploration photographique, etc.), « prototypage rapide » de nouveaux services, etc. Quant aux effets concrets, ils supposeraient là aussi d’être décrits. Mais peu importe. Le fait est que l’on trouve aujourd’hui, de manière éclatée mais néanmoins récurrente dans un certain nombre de services publics nationaux, au Danemark, en Angleterre, en Finlande, au Canada, aux Etats Unis ou en France, des tentatives inédites de réflexion et d’action. Elles ne paraissent ressembler à rien de ce qu’on a coutume de croiser dans les bureaucraties publiques établies : supports inédits de communication, visites sur le terrain avec photographe ou caméraman « embarqué », projets collectifs associant designers, architectes, chercheurs et créatifs, expositions publiques selon des procédés artistes, etc.

Bref, ces formes d’innovation publique ne manquent pas d’intriguer. S’agit-il d’une forme alternative de ce que connaissent, depuis une trentaine d’années, les services publics ? Comment comprendre leur revendication à se réclamer d’approches design ? A t-on affaire à d’authentiques innovations organisationnelles, source d’inventions et d’action inédite ? Ou, au contraire, ne s’agit-il pas de tentatives sympathiques mais néanmoins inoffensives ? A moins qu’elles n’en prolongent, en vérité, des projets inchangés de rationalisation aux habillages astucieux, certes, mais pour mieux s’imposer. Sans préjuger des raisons qui ont conduit à leur émergence, et sans considération a priori ni de leur contenu ni de leur efficacité, ce sont ces FIP (formes d’innovation publique) que ce projet se propose d’explorer. Quelle en est la genèse ? Peut-on spécifier le(s) modèle(s) qui en rassemble(nt) les traits essentiels ? Peut-on évaluer leur efficacité et, plus généralement, leurs effets ? Ces FIP constituent-elles des alternatives crédibles aux doctrines qui portent les actions de « modernisation publique » en cours ?

Telles sont les problématiques que ce projet se propose d’explorer, sur la base d’une investigation menée auprès d’une diversité de FIP, et d’un partenariat de recherche noué avec la 27eRégion, qui constitue en France un acteur central du phénomène qu’on cherche à comprendre.

Le programme de travail propose et repose sur trois axes distincts : un premier consiste à établir une cartographie des Formes d’innovation publique (FIP) en cours de développement en France et dans différents pays européens, à partir d’un premier corpus d’entretiens et d’exploitations documentaires ; une enquête plus fouillée d’un nombre limité de FIP afin de pouvoir les qualifier rigoureusement en s’intéressant respectivement à leurs méthodes, aux acteurs enrôlés et aux résultats attendus à partir d’un corpus d’entretiens et d’observations des FIP « entrain de se faire » ; un troisième invite à explorer les conditions de pérennité et de déploiement de ces actions originales. L’on se demandera notamment, dans ce cadre et compte tenu des éclairages accumulés au cours de l’enquête, si l’innovation publique peut-elle et doit-elle être institutionnalisée dans une/des structures, comme semble y inviter la création, dans différents pays, de « laboratoires d’innovation publique », aux niveaux régional ou national.

Les résultas de FIP Explo

Les commentaires sont clos.