Louise David : La production urbaine de Mexico : entre financiarisation et construction territoriale. Une analyse de l’insertion du réseau financier transnational dans les marchés d’immobilier d’entreprise

Directeur(s) de la thèse : Ludovic Halbert, Vincent Renard

Depuis les années 1990, des investisseurs financiers transnationaux investissent dans les marchés d’immobilier d’entreprise de Mexico, comme dans ceux de la plupart des principales métropoles de pays « émergents ». Ces acteurs d’un genre nouveau contribuent à renforcer l’expansion spatiale de la métropole et sa structuration à une échelle régionale.

Cette contribution particulière à la production urbaine de Mexico est expliquée en deux temps : d’une part, les spécificités des investissements financiers transnationaux sont expliquées par le fonctionnement interne contraignant du réseau financier transnational qui s’organise autour de concepts et d’outils définis hors du Mexique ; d’autre part, leur concentration à la périphérie de l’Etat central de la métropole de Mexico – le Distrito Federal (DF) – se comprend à travers une analyse de la construction historique des différents territoires qui constituent l’espace métropolitain.

Au sein du DF, l’insertion des investisseurs financiers transnationaux dans les marchés immobiliers se voit freinée par des promoteurs et investisseurs concurrents, inscrits dans des réseaux sociaux fermés, caractérisés par un fonctionnement communautaire et un système de faveurs ancien. A la périphérie, à l’inverse, les investisseurs financiers transnationaux parviennent à s’insérer plus facilement dans les marchés immobiliers, encastrés dans des territoires plus récemment urbanisés et où les ressources politiques et économiques sont plus dispersées.

Cette thèse cherche ainsi à contribuer à une meilleure compréhension des modalités par lesquelles se réalise la financiarisation des marchés immobiliers et de la production urbaine dans une métropole d’Amérique Latine, telle que Mexico. Elle montre que la diffusion de pratiques, de concepts et d’une nouvelle division du travail, promus par le réseau financier transnational, est l’objet d’une lutte de pouvoir avec d’autres manières, préexistantes et concurrentes, de développer et d’investir dans l’immobilier.

Mots-clés : Financiarisation, Territoire, Mexico, Production urbaine, Promotion immobilière, Réseau

Thèse soutenue le 31 mai 2013

Jury
Olivier CREVOISIER, Professeur, Université de Neuchâtel, rapporteur.
Patrick LE GALÈS, Directeur de Recherche, Sciences Po Paris, rapporteur.
Ludovic HALBERT, Chargé de Recherche, Université Paris-Est, Latts, co-encadrant de thèse.
Catherine PAQUETTE, Chargée de Recherche, Institut de Recherche pour le Développement.
Vincent RENARD, Directeur de recherche, IDDRI – Sciences- Po, directeur de thèse.
Vicente UGALDE, Chercheur, El Colegio de México.

Ecole doctorale : VTT – Ville, Transports et Territoires

 

Les commentaires sont clos.