Stéphane Degoutin : Société-nuage

Directeur de thèse : Antoine Picon

Ce livre se déroule, comme une peinture de paysage chinois que le regard parcourt lentement. J’utilise cette forme car je décris un panorama. Il n’est pas fait de montagnes dans la brume ou de buissons balayés par le vent, mais de centres de traitement de données, d’entrepôts de livraison, de flux de réseaux sociaux…

J’explore l’hypothèse qu’Internet s’inscrit dans un mouvement général de réduction de la société à des composants de petite échelle, ce qui permet une fluidification de ses mécanismes. Une idée de chimiste – la décomposition en poudre de la matière, avant de procéder à sa recomposition – est également appliquée aux relations sociales, à la mémoire, à l’humain en général. 

Tout comme la réduction en poudre de la matière permet d’accélérer les réactions chimiques, la réduction en poudre de la société permet une décomposition et une recomposition accélérée de la matière dont est fait l’humain. Elle permet de multiplier les réactions au sein de la société, les productions de l’humanité, la chimie sociale : combinatoire des passions (Charles Fourier), hyperfragmentation du travail (Mechanical Turk), décomposition du savoir (Paul Otlet), Internet des neurones (Michael Chorost), société par agrégation des affects (Facebook). C’est ce que j’appelle la « société-nuage ».

Soutenance de la thèse le mardi 8 janvier 2019

Année d’inscription en thèse : 2012
Ecole doctorale : Ville, Transports et Territoires (VTT)

Composition du jury
Direction de thèse: Antoine Picon (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, École doctorale ville transports et territoires, Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés)
Co-direction de thèse: Pierre Cassou-Noguès (Université Paris 8, École doctorale Pratique et théories du sens)
Emmanuel Mahé (École nationale supérieure des arts décoratifs)
Nicolas Thély (Université Rennes 2)
Nathalie Roseau (École nationale des Ponts et Chaussées, LATTS)
Karen O’ Rourke (Université Jean Monnet, Saint-Étienne)

Les commentaires sont clos.