Meriam Bechir : Intégration des artefacts énergétiques dans la ville : réorganisation énergétique et nouvelles spatialités urbaines

Directeur de la thèse : Taoufik Souami

Dans le contexte actuel de la montée en puissance des questions environnementales et énergétiques, le système urbain est confronté à de nouveaux paradigmes. Les acteurs de la fabrique urbaine introduisent différents artefacts énergétiques dans les formes urbaines pour produire de l’énergie localement. Cependant, l’intégration de ces dispositifs se confronte à différentes complexités des milieux urbains denses ainsi qu’à des difficultés d’optimisation énergétique. Cette recherche part du constat de la faiblesse théorique et empirique des connaissances sur les relations entre les formes urbaines et l’énergie et plus particulièrement entre les morphologies bâties et les artefacts de production et de distribution de l’énergie. Les débats et les recherches se sont souvent concentrés sur l’effet du critère de densité sur les consommations énergétiques des formes urbaines considérées à l’échelle globale des villes (denses, diffuses…) mais très rarement à l’échelle des artefacts et des matériels urbains (panneaux solaires dans les îlots, chaufferie et réseaux urbains dans des quartiers…). De plus, l’intégration de ces objets dans les projets suit souvent un processus de conception complexe et non linéaire mêlant différents acteurs qui ont des objectifs et des intérêts multiples.

Comment évolue l’intégration technique et architecturale des artefacts énergétiques dans les formes urbaines ?

Pour saisir ces évolutions, nous allons nous intéresser à des cas d’étude suisses, anglais et français sous le prisme de deux approches analytiques à la fois sociotechnique et socio-architecturale.

Mots clés : artefacts énergétiques, processus de conception, formes urbaines

Année d’inscription : 2018

Ecole doctorale : VTT – Ville, Transports et Territoires

 

The integration of energy artefacts in the city: energy reorganization and new urban spaces

In the current context of the rise of environmental and energy issues, the urban system is confronted with new paradigms. Urban actors introduce different energy artefacts into urban forms to produce energy locally. However, the integration of these devices confronts different complexities of dense urban environments as well as difficulties of energy optimization. This research starts from the observation of the theoretical and empirical weakness of knowledge on the relationships between urban forms and energy and more particularly between constructed morphologies and the artefacts of energy production and distribution. Discussions and research have often focused on the effect of the density criterion on the energy consumption of urban forms considered at the global scale of cities (dense, diffuse …) but very rarely on the scale of artefacts and urban materials (solar panels in the islets, boiler and urban networks in neighborhoods …). Besides, the integration of these objects in projects often follows a complex and non-linear design process involving different actors with multiple objectives and interests.

How is the technical and architectural integration of energy artefacts evolving in urban forms? Is the major concern of this study.

So as to shed light on these evolutions, we will focus on Swiss, English and French case studies by using a socio-technical as well as a socio-architectural approach to analysis.

Key words : energy artefacts, design process, urban form

Les commentaires sont clos.